Cours de Musique à Namur & Wépion Cours de Musique à Namur & Wépion
  • 0 10 bonnes raisons de débuter le piano enfant ...

    0.00 of 0 votes

    Vous aimeriez inscrire votre enfant à une activité extrascolaire et vous hésitez entre plusieurs choses dont l’apprentissage d’un instrument de musique ? De nombreux parents souhaitent que leur enfant joue de la musique et le choix de l’instrument s’avère parfois compliqué compte tenu des larges possibilités et des goûts qui diffèrent. Alors, pourquoi est-il intéressant de débuter le piano dans l’enfance ? Quels sont les effets sur le moral ? Quelles sont les conséquences sur les capacités physiques et cognitives des enfants ? Lisez cet article pour découvrir 10 bonnes raisons de débuter le piano durant l’enfance.   Apprentissage facilité durant l’enfance       Tout le monde le sait, les enfants sont de vraies éponges à informations et peuvent emmagasiner toutes sortes de choses, parfois même les vilains gros mots qui nous échappent rien qu’une fois devant eux et qui restent incrustés dans leur petite tête jusqu’à sortir au moment le plus inopportun ! Entre deux et trois ans, le cerveau des enfants est deux fois plus actif que celui d’une personne adulte ! Durant cette période, l’enfant aura plus de faciliter à apprendre de nouvelles choses et cela s’explique par la plasticité optimale du cerveau des tout-petits, sur laquelle on peut compter pour en faire de véritables virtuoses de la musique.   Plus de temps durant l’enfance   Contrairement aux adultes qui doivent souvent concilier leur vie professionnelle et leur vie personnelle, les enfants disposent de davantage de temps pour apprendre à jouer d’un instrument et c’est pourquoi débuter la musique dans l’enfance est souvent plus facile qu’une fois adulte. En effet, l’enfant pourra consacrer une partie de son temps libre pour commencer le piano et pourra poursuivre son apprentissage au fil des années. Autant en profiter tant que les tracas du quotidien ne font pas encore partie de sa vie, non ?   Bénéfices sur le développement cognitif  De nombreuses études montrent que la pratique de la musique peut avoir un impact significatif sur le développement du cerveau des enfants. Ainsi, l’écoute répétée de musique et l’apprentissage d’un instrument stimule le développement cognitif des enfants notamment en majorant la capacité de concentration mais aussi en stimulant la créativité, en développant la sensibilité musicale et même la capacité d’empathie. Plus tôt l’enfant sera confronté à la musique et plus il en discernera toutes les particularités, son oreille sera plus fine et capable de percevoir les moindres variations de notes. Des études ont d’ailleurs montré que les enfants qui pratiquent le piano ont de meilleurs résultats scolaires que les autres ! La capacité à se repérer dans l’espace est également plus développée chez les enfants musiciens que chez les enfants qui ne jouent d’aucun instrument de musique. De quoi convaincre n’importe quel parent hésitant, n’est-ce-pas ?   Pour que votre enfant développe sa motricité fine      La pratique du piano est une fabuleuse occasion pour les petits de développer leur motricité fine, la préhension et le mouvement coordonnées et indépendant des mains. Entre 1 an et 3 ans, l’enfant prend conscience de son corps, de son existence en tant qu’individu et de ce qu’il peut faire avec son corps. C’est donc le bon moment pour lui proposer un instrument de musique afin de le familiariser rapidement avec cette activité et lui permettre d’en apprendre le langage. L’entrainement des petits doigts de votre progéniture l’aidera dans divers apprentissages par la suite tel que l’écriture. La pratique du piano implique en effet une gymnastique des doigts qui sert à assouplir, mais aussi à apprendre à maitriser ma coordination des deux mains.    Pour que votre enfant garde le moral  La musique n’impacte pas seulement les capacités cognitives de l’enfant mais également sa santé mentale ! En effet, de nombreuses études ont montré que la pratique d’un instrument de musique permet au corps de générer l’hormone du bonheur qui permet de réduire le rythme cardiaque et de baisser le taux de cortisol dans le sang. Cela permet à l’enfant de ressentir une sensation de bien-être et limite le sentiment d’anxiété. L’occasion pour vous de limiter le stress de votre enfant tout en lui apportant un moment de bonheur. Il a d’ailleurs été démontré que la musique classique, idéale pour le piano, est la meilleure possible pour apaiser l’esprit des grands comme des tout petits.   Pour que votre enfant développe sa confiance en soi      Se lancer dans l’apprentissage d’un instrument de musique peut être un bon moyen de renforcer la confiance en soi de votre enfant. En effet, quoi de mieux pour l’égo que de réussir à interpréter des morceaux de musiciens hors pairs ? Se lancer des défis, les relever à force d’effort et de motivation, c’est exactement ce qui permettra à votre enfant de se sentir capable. Le fait d’apprendre à jouer du piano est valorisant pour l’enfant qui sera fier de pouvoir jouer ses morceaux devant ses amis ou ses proches. A fortiori s’il est encouragé et que son talent est reconnu. Débuter le piano est donc l’activité idéale pour renforcer l’estime de soi de votre progéniture tant aimée.   Pour que votre enfant s’améliore en maths  L’apprentissage du solfège est bénéfique pour les enfants à plusieurs niveaux ! D’abord, cela nécessite de se concentrer et de produire un effort, ce qui permet à l’enfant de travailler sa mémoire d’apprentissage et le stimule intellectuellement. C’est aussi l’occasion pour les enfants de s’améliorer en mathématiques ! En effet, le solfège c’est avant tout comprendre un rythme, savoir reconnaitre les notes, synchroniser la lecture des partitions et le jeu des mains, tout cela à un impact positif sur le développement intellectuel.   Pour que votre enfant s’ouvre au monde  Débuter la musique durant l’enfance c’est aussi se donner un maximum de chance de maximiser la culture musicale de votre enfant. Plus il parviendra à repérer tôt les spécificités des différentes sortes de musique, et plus il élargira son champ de connaissances et son amour pour le langage musical et la magie qui s’y attache.   Pour partager une activité avec votre enfant      En tant que parent, il est important de partager des activités avec l’enfant et de l’encourager à chaque étape de sa vie ainsi que dans ses centres d’intérêt. L’apprentissage du piano ne déroge pas à la règle ! Vous pourrez l’aider à réviser ses notes, l’écouter s’entrainer ou tout simplement admirer ses progrès en valorisant ses efforts. L’occasion pour vous de montrer votre soutien infaillible et l’occasion pour votre enfant de faire quelque chose par lui-même.   Jouer dans un groupe plus tard   Le piano est l’instrument qui dispose de la plus large palette de sons parmi tous les instruments existants. C’est pourquoi débuter la musique en choisissant le piano offre de nombreuses perspectives d’avenir aux enfants qui voudraient poursuivre sur leur lancée et percer dans la musique. En effet, il sera plus facile pour eux d’apprendre à jouer d’un autre instrument dès lors qu’ils sauront maitriser les 88 touches de cet instrument incroyable. A l’adolescence, le sentiment d’appartenance est extrêmement important et il arrive fréquemment que la musique soit un fabuleux outil pour sympathiser avec d’autres adolescents, notamment à l’occasion de la formation d’un groupe. Ainsi, en inscrivant votre enfant à des cours de piano vous lui rendrez un gros service pour plus tard !     

  • 0 Apprendre la musique dès le plus jeune âge ...

    0.00 of 0 votes

    De nos jours, encore beaucoup de parents pensent que la pratique musicale acquise très tôt apporte de meilleurs résultats et une réussite supérieure. Cette idée est largement confortée par les conservatoires de musique qui ont toujours limité l'âge lors des inscriptions. Il est évident que suivre les différents cycles du programme demande plusieurs années. Alors autant commencer tôt. Mais pour les conservatoires, ce n'est pas la seule raison…     La limite d'âge est une façon habile de maîtriser le nombre d'inscriptions. Chaque année, au moment de la rentrée scolaire, la majorité des conservatoires croule sous les demandes. Ils doivent faire face à la difficulté économique, mais également aux dossiers de gratuité qui s'accumulent. Pour que tout le monde ou presque puisse avoir la possibilité d'apprendre la musique, les conservatoires nationaux incitent certaines écoles municipales des communes environnantes à suivre les programmes des premiers cycles. Ces écoles deviennent alors des 'délégations', des bras-droits du conservatoire. Évidemment, les quelques subventions accordées sont rarement refusées par les petits villages qui manquent souvent de matériel et de moyens financiers.     Apprendre la musique très tôt, c'est prendre beaucoup de risques, car la demande vient rarement de l'intéressé, c'est-à-dire de l'enfant, mais généralement des parents (ou des grands-parents). Ce n'est donc pas celui qui apprend qui fait la demande, mais un adulte pour qui la musique représente peut-être un idéal, une culture, une intégration, une forme d'intelligence, ou peut-être un regret, celui de ne pas l'avoir apprise.     Certes, les raisons sont nombreuses et toutes ou presque sont dictées par amour. Donner une chance à son enfant de découvrir la musique, n'est-ce pas généreux ? Cependant, le désir des parents ne serait-il pas conduit par une image déformée, par le rayonnement médiatique de la musique ou simplement par des vœux plus ou moins avouables ?     Un tel souhait, c'est lancer le désir, telle une flèche au-dessus de la tête de l'enfant, en direction de l'enseignant. Une sacrée responsabilité pour ce dernier, qui peut recevoir ce 'cadeau' comme un cadeau empoisonné. Les mots sont durs, mais n'oublions pas que la situation peut vite dégénérer, surtout si l'enfant n'est pas prêt.     Si l'enfant ne veut pas suivre des cours de musique, il ne faut pas le forcer. Les conséquences peuvent être désastreuses. De cette expérience obligatoire, il retirera un goût amer, voire un profond dégoût qui perdurera à l'âge adulte. Il est donc conseillé de préparer psychologiquement l'enfant à la situation. En se trouvant seul face à un adulte, s'il est impressionnable ou émotif, tout dialogue se résumera sûrement à un oui ou à un non timidement lancé, voire rien du tout ! Alors, pour le professeur, il deviendra difficile d'avancer, même à petit pas, dans une direction ou dans une autre sans prendre des risques, sans devenir un être directif, voire autoritaire.     À cet instant-là, l'enseignant doit prendre sa responsabilité : continuer ou laisser tomber (quitte à froisser le désir des parents ou des grands-parents). La situation deviendra d'autant plus difficile à gérer si la communication passe mal, mais c'est ainsi ! C'est l'enfant ou les parents. Pour l'enseignant, la prise de position doit toujours être dictée prioritairement en faveur de celui qui apprend.  

  • 0 Connaissez-vous ces prodiges de la musique ? ...

    0.00 of 0 votes

    Comme tout le monde, vous connaissez surement quelques prodiges de la musique dont l’œuvre a traversé l’histoire. Beethoven et Mozart en font sans doute partie, pour avoir influencé la musique occidentale. Mais, comme dans beaucoup de domaines, les noms qui priment dans l’Histoire sont ceux des hommes et peu d’entre nous seraient capables de citer le nom d’un prodige féminin, il n’existe d’ailleurs pas d’équivalent féminin pour ce terme qui ne s’accorde qu’au masculin ! C’est pourquoi nous avons décidé de mettre à l’honneur dix musiciennes, pleines de talent dès leur plus jeune âge, dont l’œuvre aurait mérité davantage de visibilité. Découvrez vite ces dix virtuoses en lisant cet article !   IDA HAENDEL, violoniste polonaise        Née en 1928 en Pologne, Ida découvre le violon à l’âge de trois ans en empruntant celui de sa grande sœur qui avait six ans de plus qu’elle. Ida reproduit alors à l’oreille des morceaux que sa mère lui chantait, ce qui stupéfait toute la famille et même des voisins qui viennent l’admirer. Elle reçoit ensuite des cours de musique auprès du Conservatoire de Varsovie qui accepte de lui donner des cours de violon bénévolement. A quatre ans, elle remporte le premier prix du Concours national des jeunes talents à Varsovie, lors duquel elle interprète le Concerto pour violon en ré majeur de Beethoven.   Elle étudie ensuite avec Carl Flesch, un professeur de violon et compositeur hongrois, en vue de participer en 1935 au Concours international de violon Henryk-Wieniawski à Varsovie. Elle y obtient la septième place alors âgée de sept ans et reste à ce jour la plus jeune lauréate du concours. Plus tard, à deux reprises elle tiendra le rôle de juré pour ce même concours, en 1986 et en 2006. Après ce concours, son professeur particulier de violon découvre qu’elle ne sait pas lire les notes et reproduit depuis des années chaque mélodie uniquement à l’oreille.   A l’âge adulte, Ida devint elle-même professeur de violon pour des élèves qui furent eux-mêmes de grands musiciens comme David Garett, gagnant en 2008 du record du monde du morceau de violon joué le plus rapidement possible.   Décédée dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 2020, Ida a eu l’une des plus longues carrières de l’histoire, elle est considérée comme l’une des plus grandes violonistes du XXème siècle.   ANNE-SOPHIE MUTTER, violoniste allemande        Anne-Sophie Mutter est une violoniste allemande née en 1963. A cinq ans, elle commence le piano et peu de temps après elle découvre l’instrument de musique qui accompagnera son talent : le violon. A l’âge de sept ans, elle gagne le concours de la jeunesse musicale en remportant un prix d’excellence. Remarquée par le chef d’orchestre autrichien Herbert von Karajan à treize ans, elle joue pour l’Orchestre philarmonique de Berlin. Un an plus tard, elle y interprète en soliste le concerto pour violon en sol majeur de Mozart. Alors qu’elle a quinze ans, le premier enregistrement qu’elle réalise avec l’Orchestre philarmonique de Berlin remporte le grand prix international du disque. En 1979, Anne-Sophie est nommée artiste de l’année. Anne-Sophie Mutter s’est produite en concert dans tous les endroits les plus prestigieux du monde entier.   En 2021, lors d’une interview avec un grand quotidien espagnol, elle confie avoir de la rancœur envers les médias qui selon elle passent trop de temps à commenter l’apparence et les tenues des musiciennes plutôt que leur talent et prestations. De même, elle s’élève contre l’élitisme dans le milieu de la musique classique et considère au contraire que cette dernière devrait être « un câlin qui inclut tout le monde ». Pour aller au bout de ses convictions, elle propose de donner des récitals dans des lieux moins réputés que les salles de concerts comme des discothèques. Impliquée dans le bénévolat, elle fonde la fondation Anne-Sophie Muller en 2008 pour apporter son soutien à de jeunes musiciens et musiciennes talentueuses qui veulent faire carrière dans la musique.   GINETTE NEVEU, violoniste française        Considérée comme une légende du violon, Ginette Neveu est morte à trente ans dans le crash d’un avion, accident qui fit les gros titres car il transportait le grand amour d’Edith Piaf et d’autres personnes célèbres comme Ginette. Sa disparition tragique a sans doute scellé sa réputation de violoniste extrêmement talentueuse, tout comme le déroulement de sa carrière courte mais intense. Née en France en 1919, d’une mère professeure de violon, elle apprend très tôt à maitriser cet instrument grâce aux cours de musique dispensés par sa mère. Elle joue à son premier récital à l’âge de cinq ans et demi. Dès huit ans, Ginette interprète son premier concerto en sol mineur à Paris.   En 1928, elle remporte le premier prix de l’Ecole supérieure de musique de Paris et la ville lui décerne le prix d’honneur de la ville. Elle rentre ensuite au conservatoire à l’âge de onze ans et obtient un peu moins d’un an après le premier prix de violon. En 1935, à seize ans, elle remporte le premier prix du Concours International d’Henryk-Wieniawski de Varsovie.   Quelques années plus tard, alors que la guerre éclate, elle refuse des propositions en Allemagne et préfère jouer avec son frère, pianiste de talent, qui sera son partenaire officiel et avec qui elle enregistre la Sonate pour violon et piano de Debussy. A la fin de la guerre, elle est sollicitée par de prestigieux chefs d’orchestre qui rêvent de ses talents de soliste. En octobre 1949, alors qu’elle fêtait ses trente ans quelques mois auparavant et s’apprêtait à poursuivre sa carrière florissante aux Etats-Unis, elle meurt en laissant derrière elle de nombreux fans de son talent.   FANNY MENDELSSOHN, compositrice et pianiste allemande         Compositrice et pianiste allemande née en 1805, Fanny est une des rares femmes compositrices connues du XIXème siècle. Très jeune, Fanny se découvre un talent manifeste pour la musique. C’est auprès des meilleurs professeurs de musique que Fanny prend des cours de piano et apprend à composer. Elle s’avère très douée pour interpréter des morceaux difficiles et écrit ses premiers morceaux à l’âge de 14 ans. Son petit frère Felix, extrêmement doué également se verra proposer une carrière dans la musique tandis que cette chance sera refusée à Fanny sous prétexte qu’elle est une femme. Son père lui dit d’ailleurs dans une lettre que « La musique sera peut-être pour Felix une profession mais pour toi elle ne peut et ne doit être qu’un agrément ». Empêchée de se consacrer à la musique, Fanny ne cesse pas pour autant de composer et interprète des morceaux prestigieux de Bach, Mozart, et Beethoven pour un cercle restreint de connaissances.   En 1829, elle épouse un peintre graveur allemand qui décide de l’encourager à jouer du piano et à publier ses compositions. Mais son frère s’y oppose et ira même jusqu’à publier les œuvres de sa sœur en son nom, volant ainsi son travail et la reconnaissance du public par la même occasion. En 1846, à quarante ans, elle fait publier plusieurs œuvres en son nom malgré l’interdiction de son père et de son frère. Elle publie plusieurs œuvres vocales pour chœur, plusieurs lieder et des œuvres pour piano. Un an plus tard, elle décède d’une crise d’apoplexie en laissant derrière elle une œuvre de plus de 400 pièces. Après sa disparition, son mari tente de faire publier les compositions de Fanny. Felix, le frère de Fanny décéde quelques mois après elle de la même chose, après avoir écrit un quatuor pour lui rendre hommage, alors qu’il avait pourtant amplement bridé son talent.   TERESA ET MARIA MILANOLLO, sœurs violonistes        Térésa nait en 1827 et Maria en 1832, en Italie. Térésa commence le violon à quatre ans et donne des concerts à Marseille dès l’âge de huit ans. Devant son succès, ses parents décident de s’installer à Paris pour que Térésa y reçoive des cours de violon de qualité avec des professeurs de violon prestigieux tels que Charles-Philippe Lafont et François Habeneck. Elle donnera ensuite également des concerts en Angleterre, puis à Paris avec le conservatoire à l’âge de quatorze ans. Durant la dernière représentation, Térésa est unanimement acclamée par la foule qui lui reconnait un talent incroyable. Loin de vouloir garder pour elle ses compétences musicales, Térésa joue la prof de musique pour sa petite sœur Maria à qui elle donne des cours de violon et qu’elle fait participer à ses concerts. Entre mai et juillet 1843, les deux sœurs donnent vingt-cinq concerts, accompagnées d’un orchestre philarmonique, toujours devant un public comblé par leurs prestations.   En 1845, Domenico Dragonetti, virtuose italien de la basse, décède en leur cédant deux violons dans son testament. C’est ainsi que les deux sœurs obtiennent un violon Stradivari de 1728 et un Ruggeri de 1680, avec lesquels elles joueront jusqu’à la fin de leur vie. Maria meurt très jeune après avoir contracté la coqueluche et Térésa met beaucoup de temps à s’en remettre. Durant les deux années suivantes, Térésa jouera bénévolement une série de concerts nommés Concerts des Pauvres.   Les deux sœurs, au travers de leur jeu, ont influencé le regard que la société portait sur les femmes violonistes. En effet, le violon était un instrument réservé aux hommes mais le talent de ces jeunes femmes a prouvé qu’être une femme n’était en rien limitant pour devenir une virtuose du violon.   CLARA ROCKMORE, virtuose du violon et du thérémine        Clara est née en 1911 en Lituanie et était déjà une virtuose du violon à cinq ans lorsqu’elle est entrée au conservatoire de Saint-Pétersbourg pour continuer à prendre des cours de violon. Malheureusement, une pathologie des os l’a poussée à arrêter la pratique du violon et à se tourner vers un autre instrument, le thérémine. Elle eut la chance de collaborer avec l’inventeur de l’instrument et de lui apporter ses précieux conseils pour améliorer l’instrument, modifications qui furent réalisées dans les versions suivantes. Disposant de l’oreille absolue et d’une solide formation musicale, Clara fut une des meilleures joueuses de cet thérémine durant les premières décennies de l’instrument. Tandis que les autres musiciens utilisaient l’instrument de musique pour des bruitages de films d’horreur, Clara l’utilisait comme un instrument de musique classique, mettant tous ses talents à profit pour sublimer l’instrument électromagnétique, aujourd’hui reconnu comme l’un des premiers outils de musique électronique.   LILY LASKINE, harpiste française        Née en 1893 en France, dans une famille de musiciens, Lily prend des cours de harpe et s’entraine presque six heures par jour. Elle parvient à intégrer le Conservatoire de Paris en 1904 et obtient rapidement ses premiers prix, à onze et treize ans. Elle entre à l’Opéra à seize ans en tant que harpiste et c’est la première femme à intégrer l’orchestre musical ! Elle deviendra par la suite l’harpiste soliste de l’Orchestre national de France dès sa création. En 1950, sa carrière se poursuit à l’international en collaborant avec la firme de disques Erato, en devenant leur harpiste de référence. Son talent fait le tour du monde et plusieurs compositeurs écrivent alors des morceaux pour elle dont Pierre Sancan et Claude Pascale.   En parallèle de sa pratique de la musique, Lily est également professeure de harpe au Conservatoire de Paris où elle enseigne durant dix ans.    ALMA DEUTSCHER, compositrice britannique         Née en 2005 en Grande-Bretagne, Alma Deutscher est compositrice, pianiste et violoniste. Compositrice de talent dès son plus jeune âge, elle compose une sonate pour piano dès l’âge de six ans. A sept ans, elle compose un court opéra puis un concerto pour violon à l’âge de neuf ans. Un an plus tard, elle compose un premier opéra complet. Née de l’union de deux musiciens amateurs, Alma commence le piano à deux ans et le violon à trois ans. Surnommée le « nouveau Mozart » par de nombreux musiciens, Alma est devenue célèbre à la suite d’une vidéo de sa prestation postée sur Twitter en 2012 par Stephan Fry. Bien que très jeune, Alma avait déjà conscience de la petite place laissée aux femmes dans l’industrie musicale et a précisé plusieurs fois qu’elle serait sans doute davantage prise au sérieux si elle « un gros et vieux monsieur avec une barbe ».   Alma a créé un opéra intitulé Cendrillon, joué à Vienne en 2016, qui retrace l’histoire d’une héroïne jeune compositrice qui joue un morceau à l’homme qu’elle aime, un poète. Loin de prendre la comparaison avec Mozart pour un compliment, Alma n’apprécie guère son surnom bien qu’elle aime beaucoup le compositeur. Elle aurait même indiqué « Je ne veux pas être Mozart, je veux être Alma ».    EMILY JORDAN BEAR, compositrice et pianiste américaine        Parmi les prodiges contemporaines, il y a Emily Jordan Bear, née en 2001. Alors qu’Emily est âgée de seulement deux ans, sa grand-mère elle-même professeure de piano repère son talent pour cet instrument de musique.   A trois ans, elle compose sa première chanson et étudie l’année suivante à l’Institut de musique de Chicago. A l’âge de cinq ans, elle fait ses débuts au Festival de Ravinia et y est la plus jeune musicienne de l’histoire à interpréter un morceau. En 2008, elle est la plus jeune compositrice à remporter le premier prix de Morton Gould pour la fondation ASCAP. Elle est également invitée à jouer du piano à la Maison Blanche à seulement sept ans pour George W Bush et interprète Concerto pour piano n23 de Mozart. Dans sa huitième année, Emily avait déjà composé plus de 350 œuvres.   C’est à l’âge de 9 ans qu’elle donne son premier concert, dans une salle new-yorkaise réputée. Elle y jouera ses propres compositions dont "Peace: We Are the Future". Passionnée par la musique classique et le jazz, Emily travaille avec Quincy Jones à partir de ses dix ans. Le trompettiste et compositeur américain gagnant de 28 Grammy Awards dira d’elle « Je suis stupéfait et inspiré par son talent (…) Il n’y a pas de limites aux hauteurs musicales qu’elle peut atteindre. ».   Vous pensez avoir donné naissance à une virtuose de la musique et vous aimeriez développer son talent pour en faire profiter le monde entier ? Bonne idée ! Il ne vous reste plus qu’à inscrire votre talentueuse petite artiste chez nous pour que les cours de musique fassent d’elle une musicienne accomplie.  

  • 0 6 bienfaits de l'apprentissage de la musique pour écoliers/étudiants ...

    0.00 of 0 votes

    Soumis à la pression scolaire, aux emplois du temps chargés, à la surcharge d’informations à retenir et au stress, les écoliers et les étudiants peinent parfois à tenir le rythme. Vous cherchez un moyen d’aider votre enfant ou votre ado à mieux vivre le quotidien tout en se divertissant ? L’apprentissage de la musique est idéal pour cela. Le chant et la pratique instrumentale sont des aides précieuses qui contribuent à assurer le bon équilibre psychologique des enfants en cursus scolaire. En plus, ces activités artistiques stimulent des fonctions cérébrales indispensables à l'apprentissage comme la mémoire.     1. Les cours de musique aident à mieux se concentrer Que ce soit pour transposer des accords au piano, pour déchiffrer une tablature de guitare ou pour prendre soin de ses cordes de violon, la concentration est toujours de mise lors d'un cours de musique. En plus d’inciter les plus jeunes à améliorer leur capacité d’attention, la pratique d’un instrument ou du chant fait aussi travailler la rigueur et la persévérance. En somme, l’apprentissage de la musique est une excellente association avec l’apprentissage scolaire.     Certains types de musiques favorisent plus particulièrement la concentration. C’est le cas de la musique classique ou des musiques douces qui mettent le cerveau dans un bon état d’esprit pour retenir des leçons ou réfléchir à des problèmes de maths. 2. Faire de la musique est bon pour la mémoire Au-delà du simple fait de retenir des paroles de chanson ou une partition, la pratique de la musique a un effet direct sur les capacités de mémorisation. D’après une étude menée par deux chercheurs français, les personnes âgées qui font de la musique depuis quelques années voient leurs risques de développer des maladies neuro-dégénératives diminuer (source : https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-musique-pour-soigner-la-memoire). Plus précisément, il existe une concentration de neurones plus élevée dans l’hippocampe des musiciens, une région du cerveau en lien avec les processus de la mémoire. C’est une raison irréfutable de se mettre au piano ou à la guitare dès à présent !     3. La musique régule l’humeur et diminue le stress Les arts en général interviennent dans la gestion des émotions et l’équilibre psychologique. Dessiner, écrire, slamer, chanter, jouer d’un instrument ou danser sont autant de façons de rétablir une certaine harmonie psychique en soi, notamment en période de stress. Un cours particulier de musique juste après un examen ou avant une série d’évaluations s’avère parfait pour décompresser et retrouver une attitude plus sereine. 4. Les musiciens sont réputés pour apprendre les langues plus facilement Chanter pour apprendre les langues étrangères vous parait une idée saugrenue ? C’est pourtant comme cela que les enfants parviennent le mieux à retenir le vocabulaire lorsqu’ils commencent à parler. L’importance des comptines et des chansons dès la plus tendre enfance pour développer le langage n’est plus à démontrer. Plus tard, le chant permet de conjuguer plaisir et apprentissage d’une langue étrangère. Comme le chanteur travaille son élocution et sa diction, il parvient plus rapidement à prononcer correctement les mots en anglais, en allemand ou en espagnol. Si votre enfant a des problèmes pour retenir le vocabulaire ou les déclinaisons de déterminants, essayez de les lui faire mémoriser en chantant sur un air connu : c'est très efficace ! 5. La musique est un lien social important chez les adolescents Vous vous inquiétez face aux "boum boum" incessants qui émergent de la chambre de votre ado ? Vous ne le voyez plus sans un casque ou une paire d’écouteurs vissée sur les oreilles ? C’est bien normal : à l’adolescence, la musique est extrêmement importante, car elle aide à appréhender le passage vers l’âge adulte et tous les tumultes que cette transition comporte. La pratique de la musique contribue à l'expression de la personnalité, elle rassemble les jeunes entre eux, elle soulage et apaise des émotions trop intenses et donne un sentiment d’identification aux adolescents en quête de modèles.     6. Prendre des cours de musique peut mener à un vrai projet d’étude Oui, la musique est un art qui se pratique sans raison et par simple plaisir. Mais, elle peut aussi s'inscrire dans un projet professionnel, qu’il soit ou non en lien avec le cursus suivi. La maitrise d’un instrument est un bon atout sur un CV, car elle prouve la capacité à être persévérant et discipliné. Dans le monde de la petite enfance ou du soin à la personne, il est intéressant de pouvoir utiliser la musique. Certains domaines comme l’enseignement ou l’éducation sont propices à mettre en place des activités musicales. Les étudiants qui se passionnent pour la musique peuvent aussi trouver du travail dans cette voie ou exercer à leur tour comme professeur particulier pour s’assurer un revenu complémentaire.     À tout niveau scolaire et à tout âge, l'apprentissage de la musique reste une source majeure de bienfaits. Choisissez dès à présent un professeur particulier pour votre enfant ou votre adolescent, qui l'accompagnera tout au long de son année scolaire.  

  • 0 Comment concilier les cours de musique et l’école à la rentrée ? ...

    0.00 of 0 votes

    Si chez vous, la rentrée rime avec planning chargé et longues soirées, vous avez sans doute quelques craintes à l'idée de devoir jongler entre les cours de musique de votre enfant, l’école et vos propres contraintes professionnelles ou privées. Une bonne organisation est essentielle pour mener à bien tous les devoirs demandés par les professeurs. Vous y gagnerez en temps et en sérénité et votre enfant aussi.         Bien s’organiser pour faire ses devoirs d’école et de pratique instrumentale Pour progresser régulièrement dans la pratique d’instrument, il n’y a pas de secret, il faut s’entrainer entre les cours. À peine rentré de l’école, voilà votre enfant confronté à une nouvelle série d’impératifs. En plus des devoirs donnés par le professeur, comment le motiver pour travailler son instrument ? D’abord, gardez à l’esprit que les répétitions musicales doivent rester plaisantes pour votre enfant, même si elles impliquent une certaine contrainte. Jouer de la guitare ou du piano après l’école s’avère parfois une excellente idée avant d’enchainer sur les devoirs de classe, car cela contribue à se détendre physiquement de la position adoptée pendant la journée ; se changer les idées ; évacuer le stress ou la tension accumulés à l’école ; retrouver un moment de calme et d’apaisement. Mais, si votre enfant est plus motivé le soir avant de se coucher, ou bien le matin juste avant de partir à l'école, faites lui confiance et arrangez-vous pour qu’il puisse jouer au moment qui lui convient le mieux.     Soyez également flexible. Les jours où vous rentrez tard, raccourcissez la séance de pratique musicale. Le plus important est d’être régulier, et non de jouer beaucoup. Votre enfant pourra se rattraper le mercredi ou le week-end en jouant un peu plus longtemps. Si les jeunes enfants ont besoin de la présence de leur parent lorsqu’ils répètent leur instrument, ils deviennent aussi plus autonomes en grandissant. Dès lors, même si vous n’êtes pas à la maison, votre ado pourra parfaitement faire sa séance de violon ou de chant tout seul en attendant votre retour. Dans ce cas, veillez à manifester de l’intérêt en lui demandant quels morceaux de musique il apprend, s’il rencontre des difficultés ou a besoin d’aide pour accorder sa guitare.     Comment trouver le bon créneau pour un cours de musique ? Au conservatoire ou en école de musique, les créneaux horaires de cours de musique disponibles se concentrent principalement le mercredi, le samedi et le soir après 16 heures. Malheureusement, ce sont aussi des créneaux très demandés qui se remplissent vite. Le meilleur moyen d’obtenir une place qui vous convienne est de faire votre demande très tôt, dès l’ouverture des inscriptions. Ceci implique que votre enfant dispose déjà de son emploi du temps, et que ce dernier ne varie pas.     Le cas des cours particuliers de musique Une autre solution consiste à choisir des cours particuliers de musique.     Les créneaux horaires que nous proposons pour les cours particuliers sont beaucoup plus souples et peuvent même changer d’une semaine à l’autre au besoin. Si vous avez une semaine particulièrement chargée, vous pouvez simplement annuler ou reporter la séance à un autre moment. Financièrement, l’avantage est conséquent puisque vous payez uniquement les cours de musique réservés et non l’année entière. Des cours de musique à la carte pendant les vacances, c’est possible ? Malgré tous vos efforts, vous ne parvenez pas à trouver un créneau régulier sur lequel placer les cours de musique de votre enfant. Pourtant, celui-ci vous fait part à grands cris de son envie d'apprendre la guitare électrique ou la batterie. Il vous reste alors une option : les cours de musique à la carte avec un prof de musique particulier.         Plutôt que de vous engager sur l’année, vous pouvez choisir d’offrir à votre enfant quelques cours de pratique instrumentale répartis sur des périodes plus tranquilles comme les vacances scolaires. Sous la forme d’un stage de 2 heures par jour, par exemple, votre enfant aura ainsi la possibilité de se perfectionner au piano ou de maitriser les bases du violon rapidement. Il lui faudra ensuite travailler son instrument seul jusqu’aux vacances suivantes, avec les supports fournis par son professeur particulier de musique.     Pour concilier travail scolaire et pratique d’un instrument, la meilleure solution reste de suivre des cours particuliers. Guitare, piano, violon ou chant, votre enfant apprendra l’instrument de son choix à son rythme et sans pression supplémentaire.  

  • 0 Activité extra-scolaire : l’intérêt de la musique pour les enfants ...

    0.00 of 0 votes

    Les bénéfices apportés par la musique comme activité extra-scolaire sont nombreux pour les enfants, et ce, dès leurs premières années. Des débuts à l’éveil musical vers 5 ans jusqu’à la pratique complète d’un instrument qui peut se commencer aussi bien à 6 qu’à 16 ans, la musique participe à l’équilibre psychomoteur des enfants et des adolescents. Source de partage, enrichissement culturel, mais également passion revendiquée, la pratique vocale ou instrumentale révèle de multiples facettes.     Pourquoi choisir la musique comme activité extra-scolaire ?   La musique est une activité accessible à tous les enfants. Même les personnes malentendantes trouvent des bienfaits dans sa pratique ! Les prérequis pour l’apprentissage du piano enfant, sont entre autres, très succincts. Avec le bon professeur, votre enfant pourra progresser rapidement et trouver du plaisir à jouer des morceaux qu’il connait en seulement quelques mois. Choisir la musique comme activité extra-scolaire est également une bonne idée pour relâcher la pression de la journée et permettre à votre enfant de s’instruire tout en pratiquant une activité ludique. Tout ce qu’il apprendra pendant ses cours de guitare, de violon ou de chant lui servira dans bien d’autres aspects de sa vie. Les activités artistiques extra-scolaires ont ceci de particulier qu’elles donnent des clés à l’enfant pour s’épanouir au quotidien, et pas seulement pendant les cours. Les bienfaits avérés des cours de musique chez les enfants   Que vous choisissiez des cours de musique en école de musique ou au conservatoire, les bénéfices de la pratique de la musique pour votre enfant seront tout aussi conséquents. Voici quelques-uns des bienfaits notoires des cours de musique pour les jeunes : amélioration de la capacité de concentration et de l’attention ; développement de la sensibilité artistique et de son expression ; meilleure appréhension du langage, de la mélodie des mots et des accentuations ; augmentation de la confiance en soi au fur et à mesure de l’apprentissage ; stimulation de tout l’appareil moteur et de la dextérité fine ; travail neuronal important, notamment au niveau de la mémoire et de la logique ; apaisement généralisé du corps et de l’esprit ; gestion plus intuitive et plus simple des émotions.     Les cours de musique entrainent aussi la sociabilisation de l’enfant avec le professeur et contribuent à lui apprendre des valeurs phares pour sa vie future : discipline, rigueur, organisation, persévérance. Quel cours de musique est fait pour votre enfant ? Selon son âge, sa personnalité et ses goûts musicaux, votre enfant pourra plus particulièrement profiter de certains cours de musique adaptés à son profil.    L’éveil musical, pour une première approche de la musique Cette activité s’adresse aux tout-petits, entre 3 et 6 ans. Elle fournit une première découverte du monde musical par le jeu, l’expérimentation et la manipulation de petites percussions. Les enfants apprécient beaucoup les cours d’éveil musical : c’est un espace d’expression libre dans lequel ils peuvent aussi bien danser que chanter, pianoter que taper sur des tambours. N'hésitez pas à contacter un professeur d’éveil musical afin de vous renseigner sur les détails de l’activité.   Le chant, idéal pour extérioriser ses ressentis Instinctif chez la plupart des enfants, le chant mobilise le corps tout entier. C'est pour cette raison qu’il peut être considéré comme quasi thérapeutique. En chantant, l’enfant fait vibrer des zones particulières de son système respiratoire et de ses organes internes. Il aide à dénouer des tensions émotionnelles, à relâcher des pressions physiques.     La pratique vocale est aussi connue pour prévenir la dépression et l’anxiété. Les adolescents qui passent par des périodes difficiles trouvent dans le chant un moyen d’exprimer leurs émotions et leur souffrance. Mais, le chant sert aussi à développer une vision positive et joyeuse de la vie ! La pluralité des genres de musique fait que tout le monde y trouve son compte à un moment ou un autre de son parcours.   Les instruments qui plaisent aux enfants : guitare, piano, violon... Votre enfant peut manifester un attrait particulier pour un instrument précis. Peut-être l’a-t-il entendu jouer lors d’un concert, peut-être apprécie-t-il sa sonorité dans un morceau qui lui plait, peut-être l’un de ses proches le lui a-t-il fait découvrir. Si votre adolescent vous demande de lui trouver un professeur de guitare ou que votre tout-petit manifeste l’envie de se mettre au piano, saisissez l’occasion. C’est lorsque la motivation provient de l’enfant lui-même que l’apprentissage est le plus efficace.     Et, s’il aime la musique sans vraiment témoigner d’un intérêt précis ? Faites lui découvrir quelques instruments parmi les plus appréciés des enfants, en lui proposant des enregistrements audios ou vidéos, voire en l'emmenant assister à un concert. Le violon, la flûte, la batterie, le saxophone sont toujours bien plus impressionnants et agréables à écouter en vrai.  

  • 0 Ecole ou cours particulier de guitare : comment choisir ? ...

    0.00 of 0 votes

    Pour la rentrée, vous avez décidé que votre enfant devrait s’investir dans une activité extra-scolaire afin de développer des compétences qui ne sont pas travaillées en classe et pourquoi pas sympathiser avec de nouvelles personnes. A moins que ce ne soit une décision que vous ayez prise pour vous ? Quoiqu’il en soit, votre choix s’est arrêté sur l’apprentissage de la guitare et vous voilà à la recherche du meilleur moyen possible pour apprendre la guitare et devenir un ou une musicienne d’exception ! Ça tombe bien, vous êtes au bon endroit pour trouver les réponses à toutes vos questions ! Et la première est : comment trouver des cours de guitare ? Lisez vite la suite pour tout savoir.         Quand on décide de débuter la guitare, il n’est pas rare que l’on ait aucune expérience dans la musique. Bien qu’il soit tout à fait possible de débuter la guitare seul, il est très important, lorsque l’on s’inscrit à un cours de guitare, de bien sélectionner son professeur. En effet, comme vous le savez sans doute : l’enseignant est très important dans l’enseignement car, bien souvent, lorsque l’on n’accroche pas avec le professeur on n’accroche pas non plus avec la matière ! Alors comment choisir son cours de guitare et s’assurer que l’on sera motivé tout au long de l’apprentissage ? Quelle est la formule magique pour qu’un enfant reste impliqué dans son activité extra-scolaire toute l’année ? Le secret ? Prendre quelque chose qui lui correspond ! Tout le monde n'est pas capable de suivre un apprentissage très scolaire, certains et certaines ont besoin de s’amuser et de bouger pour rester concentrés. Voici les trois possibilités pour apprendre la guitare avec un professeur. Il ne vous restera plus qu’à faire votre choix afin de sélectionner ce qui vous convient le mieux ! Sans doute connaissez-vous déjà les différentes options : conservatoire de musique, école de musique ou encore professeur de musique particulier. Mais connaissez-vous toutes les spécificités de chacune ? Allons voir ça ! Ecole de musique, conservatoire ou professeur particulier : quelles sont les options pour apprendre la guitare ? Conservatoire       Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe plusieurs sortes de conservatoire. On en distingue 3 catégories : le conservatoire à rayonnement communal, le conservatoire à rayonnement départemental, et le conservatoire à rayonnement régional. Le premier s’engage à fournir aux élèves un enseignement d’une spécialité minimum (danse, musique ou théâtre) sur deux cycles d’études. Ainsi que le troisième cycle des musiciens et musiciennes débutantes. Le second devra assurer deux spécialités et le troisième les trois spécialités. Tout le monde connait l’existence des conservatoires de musique, ces lieux prestigieux que de nombreux musiciens et musiciennes ont foulé du pied pour leurs études musicales. Là-bas, apprendre à jouer de la guitare est un art qui se respecte de façon plus pointilleuse que partout ailleurs ! D’abord, vous devrez débuter sur une guitare classique, ce qui pourrait bien décourager celles et ceux qui rêvaient de débuter la guitare avec une guitare électrique flambant neuve et colorée. En passant, par un conservatoire vous disposerez d’une formation musicale reconnue et aurez l’occasion de progresser en classe avec un groupe d’autres élèves du même niveau que vous ; ou presque. Il vous faudra en effet suivre le rythme du groupe et vous ne pourrez pas vous permettre de laisser de côté vos entrainements au risque de perdre complètement le fil et de ralentir le groupe ou en tous cas d’avoir du mal à suivre. La formation musicale en conservatoire national impliquera une partie théorique : le solfège, et une partie pratique. Impossible pour vous de faire l’impasse sur le solfège si vous avez choisi de commencer la guitare en conservatoire. C’est un élément primordial de la formation ! Si vous aviez prévu de vous en passer ou que vous aviez déjà promis à votre enfant sur la tête de sa grand-mère qu’il n’y aurait pas de solfège, vous allez devoir vous armer de nombreuses tablettes de chocolat pour faire passer la pilule ! Toutefois, rien n’est impossible à qui se montre motivé, reste à savoir si votre petit monstre se sentira bien avec les cours de guitare très structurés. Les enfants peuvent intégrer le conservatoire à l’âge de six ans pour débuter et il sera également possible pour vous d’intégrer un cycle 3 pour amateurs mais les inscriptions se font sur concours d’entrée pour les adultes. En termes de tarif, les prix sont calculés en fonction du revenu fiscal de référence du foyer de l’enfant, afin de permettre à quiconque d’y inscrire son enfant. Ecole de musique       Si vous n’avez pas été reçu au conservatoire où vous espériez débuter, il vous est possible d’intégrer une école de musique pour apprendre à jouer de la guitare. Comme pour les conservatoires, il existe différentes sortes d’écoles de musique. Certaines sont privées, d’autres sont communales et d’autres sont associatives. Dans les écoles de musique, vous aurez comme en conservatoire de la théorie musicale dans votre formation, mais le programme proposé par ces écoles est propre à chacune d’elles. Certaines écoles sont accessibles sur audition, mais d’autres sont ouvertes à tous et toutes contre frais d’inscription et dans la limite des places disponibles. Les cours de guitare en école de musique pourront être suivis en groupe ou en individuel, généralement en fonction de l’âge de l’élève et de son niveau ou bien de ses souhaits. Les cours de guitare y sont proposés à des horaires fixes et ne sont pas toujours facilement adaptés aux horaires de travail, tout comme les cours de guitare en conservatoire. Une école de musique est un bon moyen d’apprendre la guitare lorsque l’on a par exemple une école dont le projet pédagogique est excellent au plus proche de chez soi. En effet, si le cursus et le programme varient énormément d’une école à une autre, il faut bien comprendre que toutes les écoles de guitare ne sont pas toutes faites pour vous. Renseignez-vous en amont pour connaitre le contenu de l’enseignement pour vérifier si cela correspond à vos attentes ou celles de votre enfant. Il n’y a rien de pire que de voir son rêve se transformer en cauchemar parce qu’on a mal anticipé ! Le professeur particulier     Le professeur de guitare particulier n’est pas toujours un jeune musicien qui cherche à arrondir ses fins de mois, il s’agit parfois de professeurs certifiés, avec une formation musicale précise. Et puis les jeunes musiciens et musiciennes qui cherchent à arrondir leurs fins de mois sont parfois talentueux et parfois même autodidactes ! En clair, il n’existe pas de type profil précis de professeur de guitare particulier et leurs techniques varient en fonction de leur nombre ! Le seul problème est que dans ce domaine l'excellence cotoie la médiocrité et qu'il est difficile pour un débutant d'y voir clair avant plusieurs mois de cours. Si le constat est défavorable, c'est souvent plusieurs mois de cours perdus avec en plus une démotivation qui risque de vous détourner de l'apprentissage de la musique à jamais… Il n'est donc pas toujours facile de savoir sur quels critères choisir son professeur de guitare quand on débute ni de comment choisir le professeur de guitare idéal pour votre enfant. Quel tarif selon le lieu d’apprentissage ?     Comme souvent, la question du budget est primordiale dans les choix que nous faisons et les cours de guitare ne font pas exception. Même si vous rêvez d’apprendre dans une grande école privée la guitare, elle ne vous est pas forcément accessible financièrement et votre rêve tombe à l’eau, ou presque. Avant de faire une croix sur votre projet de devenir une star mondialement reconnue pour son talent, pensez à comparer les tarifs, les programmes proposés et à choisir le bon rapport qualité / prix ! Si les conservatoires de musique sont financièrement accessibles en fonction des revenus du foyer, les rejoindre n’est pas toujours possible selon les prestations lors des auditions d’entrée.   

  • 0 Comment trouver le bon professeur de guitare pour son enfant ? ...

    0.00 of 0 votes

    Votre enfant souhaite prendre des cours de guitare ? Vous vous demandez comment trouver le bon professeur qui saura lui faire aimer l’apprentissage de cet instrument aux douces sonorités, mais à la technique exigeante ? Il faut savoir qu’au sein des professeurs de guitare, il existe différents profils de professionnels dont certains se spécialisent dans l’enseignement aux plus jeunes. Selon les goûts musicaux de votre enfant, vous aurez aussi tout intérêt à trouver un professeur qui lui apprendra à jouer les morceaux qu’il préfère.     Les différents types de professeurs de guitare Il n’y a pas qu’une seule voie toute tracée pour devenir professeur de guitare. En fait, le milieu de la musique rassemble des personnes de tous horizons qui présentent des parcours éclectiques. Vous trouverez cependant trois grands types de professeurs parmi les enseignants en guitare. Le professeur de guitare issu d’une école ou d'un conservatoire Il s’agit d’un professionnel ayant obtenu un DEM de guitare, un diplôme attribué par les conservatoires ou les écoles supérieures de musique, qui valide le niveau de maitrise de l’instrument et les connaissances théoriques en musique. Ce diplôme est souvent assorti d’un DE, diplôme d’État, qui fait référence aux compétences pédagogiques, voire d’un CA, certificat d’aptitude, indispensable pour enseigner dans les conservatoires de portée nationale. Les professeurs de guitare qui ont effectué ce parcours disposent généralement d’une excellente culture générale dans le domaine de la musique. Ils maitrisent à la perfection leur instrument et s'investissent dans différents ensembles ou projets.       Le professeur de guitare autodidacte ou formé sur le tas À côté de la voie classique, les apprentis guitaristes peuvent aussi se former à leur manière, soit en étudiant de leur propre chef, soit en apprenant auprès d’autres musiciens. L’avantage des professeurs de guitare qui ont été autodidacte est qu’ils sont souvent plus ouverts au niveau des styles de musique ou de jeu, et qu’ils s’adaptent volontiers aux profils d’élèves non conventionnels.     Si votre enfant a par exemple des problèmes de concentration, ou qu’il veut seulement apprendre la guitare à l’oreille, il pourra plus facilement prendre des cours de guitare avec ce type de professeur.   L’étudiant en musique ou le guitariste amateur Parmi les enseignants en guitare se retrouvent aussi des étudiants, des jeunes passionnés qui n'ont pas encore de statut professionnel ou des guitaristes amateurs qui veulent partager leur passion. Même si ces guitaristes n’ont pas le même portfolio ou la même expérience que les professeurs diplômés, ils offrent d'autres avantages. Leurs tarifs, par exemple, sont souvent plus abordables. Ils témoignent également d'un planning plus adaptable, et peuvent parfaitement apprendre à votre enfant à bien placer ses mains sur sa guitare ou à jouer au médiator comme un grand.     Quels critères retenir dans le choix d'un professeur de guitare pour enfant ? Le plus important pour un enfant, c'est de trouver du plaisir dans la pratique de l'instrument. Plutôt que de chercher le professeur de guitare le plus réputé ou avec les meilleurs diplômes, essayez de prendre en compte les qualités humaines de l'enseignant.     Voici par exemple quelques caractéristiques essentielles à retenir dans le choix d'un professeur de guitare pour enfant : il se montre pédagogue et sait s’adapter aux demandes de l’élève ; il dispose d’une certaine expérience dans l'enseignement de la guitare aux plus jeunes ; il est capable d’adapter son discours afin de se faire comprendre ; il propose des méthodes ludiques d'apprentissage ; il sait capter l'attention de l'enfant sans élever la voix ou s’énerver ; il dialogue avec le parent afin de comprendre le projet de l'élève ; il fait preuve de souplesse dans les horaires et le travail donné entre les cours. Dès le premier contact entre votre enfant et le professeur de guitare, vous devriez pouvoir cerner si l'enseignant lui convient. N’hésitez pas à en discuter avec lui après la séance afin d’avoir son avis avant de vous engager sur la durée.    

  • 0 Les bébés aiment les concerts ! ...

    0.00 of 0 votes

    Selon une étude menée au Canada, écouter de la musique en live aurait plus d’impact sur les bébés qu’une musique enregistrée. Une bonne raison pour prendre des cours d’éveil musical à votre bébé ou même prendre vous-même des cours particuliers pour jouer à mini-vous des concerts à guichets fermés !     Une centaine de bébés observés Selon une étude menée à l’université de Toronto au Canada, sur 120 bébés de 6 à 14 mois, écouter de la musique en live, comme un musicien de rue, un concert ou encore un proche jouer d’un instrument face à l’enfant aurait de nombreux bénéfices sur son développement cognitif. Durant cette étude, les bébés ont été séparés en deux groupes, l’un assistant à un opéra en direct, l’autre regardant la même prestation enregistrée. La musique live plus stimulante ! Cette étude expliquerait-t-elle pourquoi de nombreux parents postent des vidéos d'eux jouant de la guitare tandis que bébé est allongée dessus ?      D’après le rapport de cette étude publiée dans le magazine Psychology of Aesthetics, Creativity and the Arts, les enfants du groupe ayant assisté en direct à la prestation se sont montrés nettement plus emballés et attentifs que les autres puisque leur attention s’est portée à 72% du temps sur le concert, tandis que le second groupe n’est resté concentré que 54 % du temps de la vidéo. Des résultats qui démontrent une fois de plus le pouvoir de la musique n’est-ce pas ? Mais alors pourquoi ces résultats ? Il semblerait que d’une part la musique en live les fascine davantage mais que le reste des spectateurs et leur émulsion constitue une part importante de l’expérience en suscitant chez les bébés une expérience rythmique. Les chercheurs ont également signalé que les bébés avaient en général des réactions similaires durant les mêmes passages de l’Opéra. De nature calme et silencieuse durant les passages doux et soudainement agités au changement de tonalité ou encore lorsqu’une note les attire particulièrement. Si vous aviez besoin, d’une preuve supplémentaire du pouvoir de la musique sur le développement cognitif des tout-petits, la voilà ! Il ne vous reste plus qu’à prendre des cours pour devenir musicien ou musicienne pour jouer des concerts aux futurs ou actuels mini-vous.     

  • 0 Les pré-requis pour commencer le piano enfant ...

    0.00 of 0 votes

    Le piano est, à juste titre, considéré comme un instrument facile à appréhender pour les jeunes enfants. Contrairement au violon, il ne nécessite pas de techniques ou de connaissances particulières pour faire sonner correctement chaque note. Inversement à la guitare, il ne demande pas d’avoir des bras assez longs ou assez forts pour soutenir l’instrument. Bien souvent, les classes d’éveil musical ou les classes préparatoires au conservatoire utilisent le clavier pour initier l’enfant à la musique théorique. Cependant, avant d’inscrire votre enfant à un cours de piano, il est de bon ton de vérifier qu’il dispose de certains acquis qui lui faciliteront la tâche -et rendront l’apprentissage du piano vraiment plaisant.           Premier pré-requis : aimer le piano et la musique Ce point vous semble une évidence ? Tant mieux ! Il n’est pas rare que certains parents poussent leur enfant vers une activité, parce qu’eux-mêmes rêvent de la pratiquer ou parce qu’ils ont l’impression que cela pourra leur servir plus tard. Ce pré-requis est d’ailleurs universel, que ce soit dans la pratique du piano numérique, des arts martiaux ou de la danse urbaine. L’enfant qui trouve du plaisir dans l’apprentissage aura plus de facilité à s’épanouir dans sa discipline. Cela ne signifie pas qu’un enfant qui adore le piano voudra en faire toute sa vie, ni qu’un enfant qui ne supporte pas la musique (ils sont bien rares !) ne s’y intéressera jamais. En vérité, si vous connaissez bien le caractère de votre enfant, vous saurez s’il a besoin d’être poussé vers une activité pour s’y intéresser ou s’il sait spontanément choisir ses centres de prédilection.       Dans le doute, pourquoi ne pas essayer de faire une séance d’essai avec un cours de piano ? Votre enfant sera ainsi immergé dans la pratique et pourra exprimer son plaisir plus aisément. Chez les tout-petits, les mots ne sont pas directement liés aux actions. Si vous lui proposez de prendre un cours de piano, il ne visualisera sans doute pas en quoi cela consiste, d’où l’intérêt de proposer directement l’immersion pour que les mots correspondent à un moment, à une personne et à une ambiance.     Deuxième pré-requis : le bon âge pour commencer le piano Certes, les Rubinstein et autres pianistes de renom ont débuté la pratique avant même de savoir parler. Tout le monde n’est pas doté d’une oreille absolue ou d’un sens inédit du rythme ! Pour ne pas dégoûter un enfant d’un apprentissage, il est primordial de lui proposer au bon moment, et ce moment est souvent indépendant de son âge. Voici quelques signes qui vous indiquent que votre enfant pourrait s’intéresser à l’étude du piano. Il apprécie la musique et cherche toujours à en écouter. Les activités qui utilisent la motricité fine lui plaisent. Il se montre à l’aise lorsqu’il doit manger à la cuillère, dessiner, ouvrir une boîte. Sa concentration dépasse les quinze minutes lorsqu’il est intéressé par le sujet. S’il a des jouets de type piano, il ne se lasse pas de les utiliser. Il est attentif aux comptines et berceuses que vous lui chantez. Il est capable de répéter un rythme simple, tapé dans les mains par exemple.           Troisième pré-requis : motivation, rigueur et disponibilité Votre enfant adore le son du piano, il vous écoute chanter sans jamais vous interrompre et se débrouille très bien dans toutes les activités manuelles. Est-il fin prêt pour prendre son premier cours de piano ? Si la séance d’essai est une réussite, alors vous pouvez certainement considérer que le moment est venu pour lui de s’atteler à une pratique régulière. C’est l’occasion d’acheter un vrai piano, si vous n’en avez pas encore ! Cependant, n’oubliez pas qu’en musique, la moitié du travail se fait à la maison. Vous devrez accompagner votre chérubin dans toutes ses séances d’entraînement afin de maintenir la régularité et la rigueur nécessaires. Si la motivation faillit, ce sera à vous de trouver les mots pour relancer la machine. Le professeur sera bien sûr à vos côtés pendant les cours pour venir à bout des petites difficultés et encourager son élève dans ses progrès. Finalement, ce troisième pré-requis concerne aussi bien l’adulte que l’enfant : disponibilité, rigueur et motivation seront les piliers d’un apprentissage du piano réussi.       Trouver le bon professeur de piano pour son enfant Chez les enfants plus encore que chez les adultes, l’entente avec le professeur est primordiale. D’une part, c’est l’adulte enseignant qui donnera confiance à son élève et lui fera gravir les échelons de l’apprentissage de façon ludique. Ensuite, votre enfant va vouloir se projeter dans un modèle, qui ne sera nul autre que son professeur. Dans les moments de doute, c’est lui ou elle qui remettra sur les rails son petit élève.  

Stages & ateliers

Programmes

  • Piano Piano
  • Clavier Clavier
  • GuitareGuitare
  • Guitare Electrique Guitare électrique
  • Accordeon Accordéon
  • Guitare Basse Guitare Basse
  • Batterie batterie
  • Chant chant
  • Clarinette clarinette
  • Contrebasse contrebasse
  • Cor cor
  • Djembe djembe
  • Flûte à bec flute à bec
  • Flûte traversière flute traversière
  • Harmonica harmonica
  • Harpe harpe
  • Hautbois hautbois
  • Orgue orgue
  • Saxophone saxophone
  • Trombone trombone
  • Trompette trompette
  • Ukulele ukulele
  • Violon violon
  • Violoncelle violoncelle
  • Solfège Solfège
  • M.A.O. M.A.O.