Cours de Musique à Namur Cours de Musique à Namur

  • 0 Le cours de solfège, de formation musicale ...

    0.00 of 0 votes

      Comme tous les langages, la musique a ses codes et ses règles. Pour les comprendre, le solfège est la voie royale. Si vous souhaitez vous perfectionner dans ce domaine, apprendre à lire une partition, l'analyser et pourquoi pas, en écrire vous-même, les cours de solfège sont faits pour vous. Vos cours de solfège Avec nous, vous recevez un enseignement personnalisé. Votre professeur, fort d’une réelle expérience pédagogique, saura s’adapter à votre profil : âge, niveau, rythme, style, objectifs… Le solfège : les codes & règles de la musique.     Nos conseils Comment se déroule un cours de solfège ? Pour les débutants, les bases consistent à reconnaître les notes en développant l'oreille, à lire et reproduire des rythmes et à déchiffrer une partition. Les plus avancés pourront approfondir l'analyse musicale, la reconnaissance des tonalités, le chiffrage des accords, la lecture des différentes clés, le travail de rythmes complexes, les dictées musicales, l'écriture ou encore le déchiffrage chanté. Quel matériel faut-il avoir ? Avoir un clavier est pratique pour entendre et visualiser les notes sur lesquelles on travaille. A défaut, le professeur utilisera un autre instrument ou des supports enregistrés. Un diapason peut être utile pour avoir le "la" en tête. Enfin, prévoyez un cahier de musique. Pourquoi le solfège ? Ces cours s'adressent aux musiciens débutants ou avancés qui souhaitent apprendre et maîtriser le langage musical. Le solfège permet d'entrer dans le monde de la musique avec facilité. Le solfège peut compléter une pratique instrumentale.    "

  • 0 Comment transposer facilement une partition ? ...

    0.00 of 0 votes

    Vous avez enfin trouvé la partition que vous cherchiez et au moment de la jouer, vos espoirs s’effondrent… Trop de dièses, de bémols, trop haut ou pas assez, bref, pas du tout adapté à votre niveau, à votre instrument ou à votre voix ? Pas de problème, il suffit de la « transposer ». On vous indique la marche à suivre.     Transposer une partition, à quoi ça sert ? Transposer une partition, c’est en changer la tonalité, soit l’augmenter ou la baisser d’un ou de plusieurs demi-tons. Lorsque plusieurs musiciens doivent jouer ensemble, ils peuvent avoir recours à la transposition. Un morceau écrit pour un piano peut par exemple être joué par un autre instrument – du moins la main droite qui représente la ligne mélodique – mais alors que les dièses et les bémols sont simples à réaliser sur un clavier, ils sont de vrais exercices de contorsion pour une flûte traversière ou encore pour un saxophone. De la même façon, certains instruments comme la trompette ou la clarinette sont décalés au niveau de leur tonalité. Jouer un Do sur ceux-ci, donnera en réalité un si bémol. Bien compliqué lorsque l’on souhaite marier ces instruments avec d’autres. La seule solution est alors de transposer les morceaux, pour que chacun joue des notes harmonieuses. Transposer une partition est possible pour tous les instruments, toutes les clés et toutes les formes d’écriture musicale : partitions, tablature ou grilles d’accord.    La transposition facile grâce à quelques explications Pour transposer un morceau, il faut donc savoir lire et écrire les notes de musiques, mais aussi connaître les intervalles mélodiques et harmoniques. Vous devez savoir ce qu’est une note, une gamme, un intervalle et si possible, connaître le nom des gammes et leurs altérations. Prenons un exemple très simple avec les premières mesures de la comptine Au Clair de la Lune qui commence par un Do. Admettons que vous vouliez la transposer en Fa. Puisque l’intervalle entre Do et Fa est composé de 4 noms de notes, soit deux tons et un demi ton, il vous faudra augmenter toutes les notes du morceau de cette même quarte. Do – do – do – ré – mi – ré / Do – mi – ré – ré – do Donnera donc : Fa – fa – fa – sol – la – sol / Fa – la – sol – sol - fa       Des astuces pour transposer une partition encore plus facilement La transposition est donc une histoire d’additions et de soustractions, qui nécessite quand même bien des bases de solfège. Même si certains musiciens parviennent très vite à transposer un morceau d’un simple coup d’œil, question d’habitude, il est important de coucher vos changements sur le papier. Ils pourront vous resservir ultérieurement et être pratiques pour les autres musiciens qui voudraient vous accompagner. Vous trouverez sur internet ou en magasins toutes sortes de logiciels pour transposer vos partitions. Certains, très simples, vous proposerons les notes une par une, en rapport avec celles que vous entrez et de l’intervalle choisi. D’autres, plus complets, vous permettront de télécharger des partitions et de les transposer à l’infini. Vous pouvez également trouver sur la toile des sites qui vous indiquent simplement le nombre d’altérations pour passer d’une gamme à une autre, ou pour passer d’une clé d’ut à une clé de sol par exemple. Transposer une partition sans notion de solfège Si vous trouvez ces méthodes de calcul trop complexes ou que vous n’avez pas la chance de posséder les notions de solfège dont nous vous parlions plus haut, vous pouvez essayer de réaliser cette transposition en jouant d’oreille. Cette méthode est moins conventionnelle mais peut servir en cas d’urgence ou pour transposer une simple ligne mélodique.     

  • 0 Travailler le rythme quand on est débutant, comment faire ? ...

    0.00 of 0 votes

    On pense souvent que le rythme, c’est quelque chose d’inné. Pourtant, le solfège est l’une des disciplines qui permet aux musiciens débutants de jouer dans le bon tempo, ce qui est essentiel en musique. Alors comment travailler le rythme quand on commence à jouer d’un instrument ou à chanter ?     Le rythme nous conditionne et nous guide, même sans musique La dernière chanson de Katy Perry « Chained to the rhythm » nous rappelle que le rythme est partout. Nous sommes tous guidés par des rythmes quotidiens : essuie-glaces, machine à laver, tic-tac d’une montre, horloge d’une église… Le rythme fait partie de notre quotidien. C’est lui qui va nous donner envie de bouger dès les premières notes d’une chanson de l’été. Des expressions telles qu’« elle a le rythme dans la peau » existent, comme si le rythme était une chose que l’on avait ou non, comme une fatalité. Pourtant, le rythme se travaille, comme la pratique d’un instrument ou le placement de sa voix.      Prendre le rythme ou l’apprendre quand on est un jeune musicien ? En musique, c’est le solfège qui nous permet d’apprendre et de comprendre le mécanisme du rythme. Selon les professeurs particuliers et les méthodes utilisées, le solfège sera introduit dès les premières leçons, ou bien se fera au fur et à mesure de la pratique et des progrès de l’élève. Dans une école de musique en revanche, un élève qui commence à prendre des cours, commencera simultanément à prendre des cours de solfège, signe que cette discipline est indispensable au parcours de l’apprenti musicien. Vous trouverez toujours de grands musiciens autodidactes qui vous diront que le solfège est facultatif, mais ils sont bien minoritaires. Le rythme en musique n’est pas qu’une histoire de ressenti.   « A chacun son rythme » : connaître ses points forts et ses lacunes Nous avons tous des bases de solfège qui nous ont été inculquées à l’école, mais nous ne sommes pas nombreux à nous en souvenir clairement. Noire, blanche, croches, rondes… Les noms nous disent quelque chose, mais il est déjà plus complexe de savoir à combien de temps elles équivalent. Pour travailler le rythme lorsque l’on est un musicien débutant, il faut déjà avoir bien assimilé toutes les valeurs des notes.      Il faut ensuite ne pas avoir peur du ridicule et revenir aux exercices que l’on faisait à l’école ou que l’on pratique avec les plus jeunes lors des cours d’éveil musical : taper les rythmes avec ses mains en prononçant le nom des notes : noire/noire/deux croches/noires/blan-che/noire… Cet exercice est la meilleure manière de visualiser les rythmes et de les assimiler. Un métronome lumineux ou sonore sera indispensable pour cet exercice.  « Garder le rythme » et travailler régulièrement Comme presque toujours en musique, c’est en forgeant que l’on devient forgeron. Seuls le travail et la pratique d’exercices réguliers vous permettront de progresser. Cela concerne la pratique d’un instrument, l’indépendance des deux mains par exemple, mais aussi la justesse ou la rythmique. Les professeurs particuliers sont en mesure de vous proposer des stages ou des sessions de perfectionnement. Les méthodes papier, quel que soit l’instrument que vous pratiquez, sont aussi majoritairement pensées en fonction des progrès rythmiques de l’élève. Sachez enfin que de nombreuses applications ou sites internet pour vous entraîner existent sur la toile. La maîtrise du rythme est une donnée que l’on ne choisit pas, tout comme la justesse en chant par exemple. Pourtant, ce sont deux domaines qui se travaillent, seuls ou aux côtés de son professeur.       

  • 0 40 termes de solfège expliqués aux débutants ...

    0.00 of 0 votes

    Vous apprenez la musique et vous vous sentez perdu au milieu de tous les termes techniques ? Pas de panique, voici un petit lexique de 40 termes de solfège pour que vous partiez sur de bonnes bases !     A Accord : Plus de deux notes jouées ensemble. Accord étendu : Contient des notes supplémentaires plus aigües. Par exemple, un accord en neuvième majeure, contient la fondamentale, la tierce, la quinte auxquelles s’ajoutent la septième et la neuvième de dominante. Altération : Signe placé devant la note qui la rend plus aigüe (?) ou plus grave (?). Le bécarre ? annule l’altération. B Bémol : Diminue la note d’un demi-ton. C Cadence : Court enchaînement de notes ou d’accords à la fin d’une phrase musicale. Clé : Symbole en début de portée qui indique la hauteur de référence du morceau. Cycle des quintes : Diagramme indiquant la relation entre les douze tonalités de la gamme chromatique. D Demi-ton : Plus petit intervalle de la gamme chromatique, c’est aussi la distance entre deux notes sur le clavier d’un piano. Dièse : Augmente la note d’un demi-ton. Dominante : Cinquième note d’une gamme, ce degré est situé une quinte au-dessus de la tonique. Dominante secondaire : Nom donné à un accord basé sur la cinquième note (ou dominante) quelle que soit la clé ou la gamme autre que la tonique.      F Fondamentale : Plus basse note d’un accord ou d’une gamme, elle donne le ton. G Gamme : Suite de notes montantes ou descendantes. Gamme ascendante : Ensemble de notes allant du grave à l’aigu. Gamme descendante : Ensemble de notes allant de l’aigu au grave. Gamme majeure : Gamme la plus répandue dans la musique occidentale, elle est constituée d’une série de huit notes qui suit une suite d’intervalles spécifiques (2-2-1-2-2-2-1). Gamme mineure : Gamme majeure jouée en commençant par le sixième degré. H Harmonie : Air qui complète une mélodie lorsqu’ils sont joués simultanément. Renvoie également à la relation entre une série d’accords. I Intervalle : Différence entre deux hauteurs de notes. Les intervalles sont nommés d’après le nombre de notes qui les séparent. Par exemple, Do-Ré est une seconde, Do-Fa une quarte, etc. Intervalle harmonique : Notes de différentes hauteurs jouées simultanément. Intervalle mélodique : Notes de différentes hauteurs jouées l’une après l’autre. M Mélodie : Enchaînement de notes jouées l’une après l’autre pour créer un air. Mode : Organisation des hauteurs d’une gamme autour d’une tonique.     O Octave : Intervalle de 12 demi-tons, les deux notes ont donc le même nom mais l’une est plus haute que l’autre. Q Quinte diminuée : Intervalle de quinte parfaite diminuée d’un demi-ton, par exemple : Do-Sol ? ou La-Mi ?. R Renversement : Modifie l’ordre des notes d’un accord. Un premier renversement est un accord qui a sa tierce à la basse (mi-sol-do).  S Seconde majeure :  Intervalle de deux demi-tons entre deux notes. Par exemple : Do- Ré. Seconde mineure : Intervalle d’un demi-ton entre 2 notes. Par exemple : Do ?-Ré. Septième : Accord à 4 notes formé en ajoutant la septième note de la gamme à une triade qui comporte déjà la fondamentale, la tierce et la quinte. Septième majeure : Intervalle de onze demi-tons entre deux notes. Par exemple : Do-Si. Septième mineure : Intervalle de 10 demi-tons entre 2 notes. Par exemple : Do-Si ?. Sixte majeure : Intervalle de 9 demi-tons entre deux notes. Par exemple : Do-La. Sixte mineure : Intervalle de 8 demi-tons entre deux notes. Par exemple : Do-La ?. T Tierce majeure : Intervalle de 4 demi-tons entre deux notes. Par exemple :  Do-Mi, Sol-Si, Ré ?-Fa. Tierce mineure : Intervalle de 3 demi-tons entre 2 notes. Par exemple : Do à Mi ?. Ton : Intervalle de deux demi-tons. Tonique : Première note ou note fondamentale d’une gamme. Transposer : Décaler un morceau, note ou accord d’un certain nombre de demi-tons pour qu’il soit plus aigu ou plus grave Triade : Accord composé de 3 notes. Une triade majeure contient une fondamentale, une tierce et une quinte parfaite. U Unisson : Intervalle de zéro demi-ton, ce qui équivaut à une note jouée deux fois. Le mot de la fin Vous voilà fin prêt à affronter les méthodes de solfèges qui vous paraissaient si compliquées et à entrer dans les conversations des musiciens ! Désormais, les termes propre au solfège n'auront plus de secret pour vous !     

  • 0 Combien de temps est nécessaire pour apprendre le solfège ? ...

    0.00 of 0 votes

    Un certain temps… et plus ou moins vite, tout comme l’alphabet : parce que tout ce qui est un apprentissage de qualité demande un minimum de patience pour de très beaux résultats, vous aurez besoin de temps pour acquérir une vraie compréhension du langage fondamental de la musique, qu’elle soit interprétée avec un piano, un hautbois, ou un violon ! Souvent délaissé aujourd’hui par les enfants comme par les adultes débutants, tous reculent d’un même pas lorsqu’on prononce le mot : solfège !     Faut-il apprendre le solfège dès l’enfance pour bien le maîtriser ? Non, bien sûr ! Le solfège n’est pas un sport d’endurance mais un bon lexique musical que votre professeur de solfège va vous apprendre, de tout jeune Junior à Senior retraité pour vous initier et vous perfectionner. Le solfège ? C’est lire une partition comme un roman policier dont vous découvrez chaque jour un chapitre ! Son atout majeur ? Vous permettre de comprendre la structure d’une partition de piano ou de guitare jusqu’alors répétée de façon manuelle, intuitive ou auditive, de mémoire.      Le solfège : une obligation pour jouer de la musique ? C’est évident, lorsque l’on regarde les musiciens lors de concerts, on a envie de jouer avec la même aisance et certains n’ont pas appris le solfège pour autant. Mais ce qui est vrai pour des compositeurs doués et repérés par des producteurs (qui d'ailleurs leur offrent généralement la transcription de leurs mélodies par un musicien maniant le solfège comme Beethoven), ramène toujours le débutant au fondement même de l’apprentissage musical – la théorie musicale occidentale transcrite et lue sur papier : le solfège qui permet d’être autonome. Si vous souhaitez vous lancer dans la composition, un professeur de solfège vous apprend à lire et écrire un papier à musique qui devient votre meilleur allié pour progresser et garder une trace écrite de vos créations. Dès lors que l'on prend comme support le papier pour écrire et jouer de la musique, alors vous pouvez codifier, relire, interpréter vous-même, devenir un  musicien autonome autant que savant : votre assiduité autant que sa patience feront la différence ! Combien de temps faut-il pour apprendre le solfège ? L'accompagnement d'un professeur proposant mille et une astuces sous formes ludiques (jeux de rythmes, jeux de notes, dictées visuelles...), ainsi que 10-15 minutes d’exercices et de lecture attentive chez soi permettent d’avancer rapidement, et d’apprendre en quelques mois seulement les rudiments de la théorie musicale : en bref plus on s’astreint, plus vite on progresse ! Bien sûr, chacun va à son rythme et dispose de ses propres objectifs. C’est une discipline qui débouche sur un formidable levier de lecture générale et compréhension de la musique et de sa mécanique, qui vous aidera à progresser dans votre propre pratique musicale. Il est aussi possible de prendre des cours de solfège sans pour autant jouer de la musique, pour sa propre culture, néanmoins, l’apprentissage du solfège vient souvent compléter l’apprentissage pratique d’un instrument de musique, quel qu’il soit.   Généralement on apprend le solfège tout au long de son apprentissage musical et l’on continue à en apprendre les petites subtilités au fil des années. En revanche, pour lire une partition ou retranscrire de la musique, les bases suffisent.     Le solfège : un exercice fastidieux et trop long à assimiler Un exercice vous parait fastidieux ? Peut-être si vous le prenez comme un pensum, une obligation sans lien immédiat avec votre apprentissage en cours. Mais, comme tout ce qui a de la valeur, le solfège prend son temps ! Ce n’est qu’au fil de votre apprentissage que vous ressentirez ses bénéfices ! Vous ne le subirez plus mais vous le maîtriserez. Et, c’est à cet instant que vous mesurerez son importance et sa complémentarité avec l’apprentissage pratique de votre instrument de musique. L’idéal est de conjuguer apprentissage pratique et apprentissage théorique car il est toujours plus aisé de retenir et de comprendre une leçon que l’on applique immédiatement. Cela lui donne du sens et permet au cerveau de concrétiser la théorie. Cela est d’autant plus conseillé pour les jeunes enfants : appliquer ce qu’ils apprennent permet de donner du sens à ce qu’ils font et, c'est un argument de motivation essentiel. Peut-on se passer du solfège pour évoluer dans l’univers musical ? Bien sûr, on peut retenir l’utilisation des méthodes modernes plus rapides ! Toutefois, quel que soit votre choix dans un apprentissage musical - voix, instrument – un blocage se fera inévitablement sentir lorsqu’il faudra composer et écrire, lire les partitions : le support papier, codifié et décrypté vous rend la vie plus facile. Se détourner du solfège pour ne retenir que les rythmes, les accords et travailler de façon orale, c’est se priver d’un support exceptionnel pour accéder à ce cercle magique mais hyper-structuré qu’est l’univers musical.     

  • 0 Solfège : Apprenez à déchiffrer une partition en 7 points ! ...

    0.00 of 0 votes

    Qui n'a jamais senti une légère angoisse devant ces signes étranges qui compose une partition de musique ? Connaitre des notions de solfège, est pourtant essentiel pour comprendre la musique écrite. Au même titre qu'un enfant qui apprend à lire, on apprend au fur et à mesure le sens qui se cache derrière les signes et les symboles de la musique ainsi que leur signification, une fois assemblés. Déchiffrer une partition de musique ce n'est pas si compliqué,  il suffit bien connaitre quelques éléments clés et le tour est joué !  La portée C’est l’endroit où sont inscrites les notes. Elle est composée de 5 lignes et de 4 espaces. Les notes basses sont écrites en bas de la portée, les notes plus aigües sont écrites dans la partie haute. Parfois certaines notes graves ou aigües doivent être écrites hors de la portée de 5 lignes, pour les repérer plus facilement, des lignes supplémentaires sont symbolisées autour de ces notes. On peut en utiliser autant que nécessaire.          Les clés Elles assignent aux notes leur place sur les lignes et les espaces d’une portée. L’usage de différentes clés permet d’écrire la musique pour tous les instruments, même si ceux-ci ont des sons beaucoup plus graves ou plus aigus que les autres. Clé de Sol : indique qu’une note placée sur la deuxième ligne est un Sol. Clé de Fa 4e ligne : indique qu’une note placée sur la quatrième ligne est un Fa. Ce sont les clés les plus utilisées. Parmi les instruments qui utilisent la clé de Sol, on retrouve le violon, la flûte, le saxophone ou encore la guitare. Pour la clé de Fa 4e ligne, on retrouve le violoncelle, la basse ou bien le trombone. Le piano utilise à la fois la clé de Sol (pour les notes aigües) et la clé de Fa 4e ligne (pour les notes graves). Il existe également une clé de Fa 3e ligne ainsi que des clés de Do 1ère, 2e, 3e et 4e ligne.     Les notes Il existe 7 notes naturelles : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si. Ces notes sont répétées dans le même ordre pour atteindre des tons plus graves ou plus aigus. Chacune de ces répétitions est appelée une octave. Si on joue en clé de Sol, la ligne du Sol sert de point de référence à partir duquel la position des autres notes est déterminée. De la même façon, en clé de Fa 4e ligne, la position des autres notes se déduit à partir de la ligne du Fa.          La valeur des notes La durée d’une note se détermine par ce qu’on appelle une valeur de note. Elles se différencient par la couleur de la tête de note, la présence ou l’absence de hampe (ou queue) et de la présence ou l’absence de crochets. Une ronde a une tête de note creuse sans hampe. Elle dure 4 temps. Une blanche a une tête de note creuse avec une hampe. Deux blanches = une ronde = 2 temps. Une noire a une tête de note pleine avec une hampe. Deux noires = une blanche = 1 temps. Une croche a une tête de note pleine avec une hampe et un crochet. Deux croches = une noire = un demi-temps. Une double-croche a une tête de note pleine, une hampe et deux crochets. Deux doubles-croches = une croche = un quart de temps. Une triple-croche a une tête de note pleine, une hampe et trois crochets. Deux triples-croches = une double-croche = un huitième de temps. Une quadruple-croche a une tête de note pleine, une hampe et quatre crochets. Deux quadruples-croches = une triple-croche = un seizième de temps.       Les signatures de temps Les barres verticales sont appelées barres de mesure, elles divisent la portée en mesures. Les signatures de temps permettent de connaître le nombre et le type de notes que contient chaque mesure. Par exemple des mesures, 2/4 contiennent chacune 2 noires (« quater notes » en anglais). Les pauses Les pauses sont utilisées pour marquer des périodes de silence. Là où une note représente un son, une pause représente son absence. Un symbole de pause différent existe pour chaque figure de note différente, ils ont la même durée. Les points et liaisons Les points et les liaisons sont utilisés pour modifier la durée d’une note. Mettre un point à droite d’une note augmente sa durée de la moitié de sa valeur, par exemple une noire pointée durera 3 temps au lieu de 2 pour une noire simple. Une liaison est une ligne courbe liant 2 notes ou plus d’un même ton. Utiliser une liaison entre 2 notes ajoute la valeur de la seconde note à la première. Cela permet également de faire durer une note entre 2 mesures. Le mot de la fin Vous disposez maintenant des bases indispensables au déchiffrage d'une partition de musique! Avant de vous lancer avec votre instrument de musique n'hésitez pas à consacrer du temps à la lecture de la partition en amont. Commencer par les notes, lisez-les à haute-voix puis essayer de les chanter afin de mieux saisir la mélodie du morceaux. Intéressez-vous ensuite au rythme en n'hésitant pas à le simuler avec vos mains par des frappes sur la table : battez la pulsation avec votre main gauche et reproduisez le rythme des notes et des silences avec votre main droite. Après cette étape, vous serez bien plus à l'aise une fois devant votre instrument !     

  • 0 Top 5 des meilleurs exercices de solfège pour progresser ...

    0.00 of 0 votes

    Le solfège doit être travaillé tout autant que l’instrument pour progresser plus rapidement. Rythmes, lecture de notes, déchiffrage de partitions, il n’est pourtant pas toujours une partie de plaisir… Nos professeurs diplômés vous proposent quelques exercices de solfège pour progresser plus efficacement.     1. Décomposer les rythmes d’une nouvelle façon Les premières leçons de solfège que l’on suit à l’école, en primaire ou en maternelle, portent d’abord sur l’identification des notes. On apprend alors que chaque symbole renvoie à une note, mais aussi à un rythme bien précis. « Noire, noire, deux croches noire, blanche »… Nous avons tous déjà scandé ces chansons rythmiques instituées par Maurice Marthenot, mais sachez qu’une autre méthode de décomposition chiffrée existe. Il peut en effet être plus facile et plus logique pour l’élève de nommer les temps « 1 - 2 – 3 – 4 » plutôt que de prononcer l’imprononçable « ron – on – on – de ». On parle alors de « subdivision numéraire ».      2. Progresser grâce à la lecture de notes Déchiffrer une partition ou une tablature, c’est parvenir à lire les ensembles de notes. Plus cette lecture sera fluide, plus votre jeu sera facilité. Pour progresser plus rapidement, prenez l’habitude de vous asseoir chaque jour quelques minutes devant une partition et de lire les notes. Vous entrainez ainsi visuellement votre cerveau à associer un symbole, à une note, puis à un doigté. Les notes situées au-dessus et en-dessous d’une portée vous demanderont plus d’entraînement. 3. Alterner entre clé de sol et clé de fa Les musiciens remarquent durant leurs premiers mois de solfège que la lecture des notes en clé de sol est toujours plus facile que celle en clé de fa. C’est cette clé que nous abordons durant notre parcours scolaire et donc celle qui est mémorisée plus rapidement par tous les élèves. Se forcer à alterner les deux lectures vous permettra de progresser plus rapidement, surtout pour les pianistes qui doivent souvent dédier une clé à chacune de leurs mains. N’hésitez pas à faire également des lectures de notes corrigées ou sous-titrées pour travailler votre mémoire. Certains instruments vous demanderont de maîtriser également la clé d’ut comme le violon par exemple.      4. Solfège, se laisser séduire par la dictée de note Si vous n’avez pas la chance de prendre des cours de solfège, vous pouvez – et nous vous le conseillons vivement – réaliser vous-même des exercices théoriques chez vous. De la même façon que les dictées nous apprennent l’orthographe, les dictées de note permettent aux musiciens d’écrire la musique en respectant le rythme, de mieux percevoir les intervalles et les sons, mais aussi d’améliorer leur oreille musicale. Vous trouverez sur la toile de nombreux sites d’exercices en ligne. Si vous êtes accompagné par un professeur de musique, vous pouvez tenter d’écrire les notes et rythmes de vos morceaux préférés, et lui proposer de les corriger de temps en temps. 5. Progresser en solfège avec les gammes majeures et leurs altérations Le dièse, le bémol et le bécarre sont les trois types d’altération que l’on retrouve en musique et que vous devrez identifier sur vos partitions. Ils permettent de monter, de baisser une note ou d’effacer l’effet d’une ancienne altération. Il est alors nécessaire de bien connaître les règles d’écriture de ces petits symboles pour savoir à quelle note ils se rapportent exactement. Notez que les altérations constitutives - groupées et situées en tout début de partition, juste après la clé- diffèrent des altérations dites « accidentelles ». Là encore, le travail, la répétition et la mémorisation vous aideront à lire et à intégrer ces notions rapidement.       

  • 0 Mon enfant doit-il commencer par apprendre le solfège? ...

    0.00 of 0 votes

    Le solfège c’est tout simplement l’apprentissage de la lecture des notes et des rythmes… mais c’est aussi s’exercer à reconnaître à l’oreille la musique que l’on entend, la hauteur et la durée de notes. A priori, cela semble donc très utile. Tous les musiciens ont-ils appris le solfège ?     Non, tous les musiciens ne l’ont pas appris . Par exemple, Jimi Hendrix ne connaissait rien au solfège et c’est le cas de nombreux musiciens connus. Il est donc possible de ne pas l'apprendre et de devenir un musicien talentueux.A l’inverse de ces exemples, il n’existe pas de musicien professionnel jouant dans un orchestre symphonique ou philharmonique, et de façon générale de musicien professionnel jouant de la musique classique, qui ne sache pas lire une partition (à ma connaissance en tout cas ;-)). Quel est ce mystère ? Est-ce indispensable ? Si le solfège est un outil qui permet de lire la musique, ce n’est pas la seule méthode de notation qui est utilisée. Beaucoup auront par exemple entendu parlé des tablatures que les guitaristes utilisent. Des tablatures ont été développées pour beaucoup d’instruments. Ces tablatures sont souvent peu répandues sauf pour la guitare. Ainsi, il est tout à fait possible d'apprendre la musique sans le solfège. L’apprentissage se basera d’abord sur le travail de l’oreille et reposera principalement sur une transmission orale sans passer par cet outil qu’est la partition. Le musicien pourra s’appuyer sur des tablatures pour apprendre à positionner ses doigts. Le rythme ne sera cependant pas noté. Les musiciens devront donc en partie jouer de mémoire. Beaucoup de musiciens (y.c des très connus) travaillent comme cela. Le solfège n'est donc pas obligatoire pour apprendre la musique mais dès lors que l’on veut échanger avec d’autres musiciens, d’une façon ou d‘une autre, il faudra « noter » ce que l’on veut jouer. Avec le solfège on pourra très précisément écrire ce que l’on veut jouer et comment le faire. C’est la méthode utilisée par les musiciens classiques qui travaillent à partir de partitions. Leur métier est en effet d’interpréter une musique qui est écrire et codifiée.      Les difficultés sans le solfège Jouer tout seul dans sa chambre, c’est sympa. On prend une tablature, on écoute une chanson et tant bien que mal on essaye de faire correspondre ce que l’on joue avec ce que l’on entend. On éprouve rapidement des difficultés. Les placements des doigts sont compliqués, les transitions aussi et on se demande pourquoi on n’arrive pas à jouer en rythme. En plus, on a mal au poignet. On s’interroge sur l’origine des difficultés : pourquoi je n’y arrive ? Et là on se dit que comprendre le rythme ça peut aider ! Sur une tablature, par défaut, pas de rythme, seulement des indications pour poser ses doigts. Bref, ce n’est pas si simple.  Les spécificités de l’apprentissage du solfège aux enfants L’apprentissage du solfège aux enfants est délicat. En effet, le solfège fait appel à des notions qui ne sont pas nécessairement connues par tous les enfants. Prenons un exemple simple : la croche pointée. Mine de rien, on est là face à une problématique mathématique. La croche pointée c’est un demi d’un demi temps. Je sens que je viens d’en perdre certains ;-) Ainsi, pour comprendre la croche pointée il faut être familier avec la somme de fractions ! L’enseignement devra donc tenir compte de chaque élève, de son âge et de ses connaissances pour développer son cours.     Alors, comment faire ? Beaucoup de conservatoires exigent de leurs plus jeunes élèves de démarrer par le solfège. Parfois trois ans avant le commencer les cours d’instrument ;-( Il s'agit là d'une particularité très française. On l’aura compris, il n’est pas nécessaire de commencer par le solfège avant de démarrer son instrument. Si l’on se réfère à ce qui est mis en œuvre dans d’autres pays, on constate que le professeur d’instrument y a un rôle plus large que celui qu’on lui donne dans notre pays. L’apprentissage de l’instrument s’entend comme un apprentissage global de tous les éléments nécessaires pour jouer de son instrument. Le solfège en fait partie. Cet apprentissage combiné du solfège et de l’instrument, au fur et à mesure des besoins de l’enfant et de sa progression, a l’immense avantage de garder au cours un côté ludique indispensable à un apprentissage dans la durée. On veillera alors à ce que la progression de l’un ne se fasse pas au détriment de l’autre et que l’apprentissage du solfège se fasse à un rythme cohérent avec celui de l‘instrument. A terme, l’apprentissage du solfège permet de progresser sans être freiné par la lecture des notes ou la compréhension du rythme et de toutes les notions théoriques que l’on va rencontrer. Le solfège, c’est un peu comme tout apprentissage. Plus en en connait et plus loin il est possible d’aller. En savoir assez permet donc de continuer à progresser et ne pas être bloqué dans l’apprentissage de son instrument. En résumé, l’objectif premier sera surtout de prendre du plaisir dans la pratique et l’apprentissage de son instrument sans que le solfège soit une contrainte pour votre enfant !     

Programmes

  • Piano
  • Clavier
  • Guitare
  • Guitare ElectriqueGuitare électrique
  • Solfège
Valérie Marot insolvable - valmarot@hotmail.com - 2 cours impayés

Livre Blanc Musique-Namur

RESTER INFORME :

🎁 Parrainez vos amis et recevez des cours gratuits ...
Cours Piano Namur  ▷ Cours Guitare Namur  ▷ Cours Solfège Namur  ▷ Cours Guitare Electrique Namur  ▷ Cours Clavier Electronique Namur  ▷ Contrebasse en ligne  ▷ Saxophone en ligne  ▷ Harmonica en ligne  ▷ Accordéon en ligne  ▷ Orgue en ligne  ▷ Batterie en ligne  ▷ Chant en ligne  ▷ Théorie & Solfège en ligne  ▷ Violon en ligne  ▷ Piano & Clavier en ligne  ▷ Guitare en ligne  ▷ Guitare Electrique en ligne  ▷ Ukulélé en ligne  ▷ Guitare Basse en ligne

Bookmark and Share
Conditions généralesPolitique de confidentialitéContactez-nous • 💰Financer nos écoles
© Copyright 2021 Ecoles Privées de Musique. Tous droits réservés.
Pour toute question : ☎ 0456 03 65 28